26 mai 2007

Abû Bakr “as-Siddîq”:أبو بكر “الصديق ”

Abû Bakr “as-Siddîq” : était le beau-père de Sayidna Mohammed , (père d'Aïcha oum al-mouaminine). Né à La Mecque vers 573, mort à Médine en 634, il fut le premier calife de l'islam, de 632 à 634.

Il fut l'un des premiers à adhérer à l'Islam après Ali, alors qu'il était marchand à La Mecque. Lors de l'hégire, il quitta La Mecque pour s'installer avec le prophète à Médine, c'est lui qui a accompagné le prophète dans son voyage de La Mecque à Médine. Au cours de la maladie qui lui fut fatale, Sayidna  Mohammed le désigna pour diriger les prières en son absence. À la mort du prophète, Abou Bakr devient le premier calife, choix ratifié par les compagnons du prophète.

Au premier jour de sa nomination, il monta sur la chaire et déclara à sa communauté : "Lorsque je me trompe, corrigez-moi, dire la vérité est une preuve de fidélité et de dévouement et dire des mensonges est une trahison. Le fort et le faible sont égaux. J’appliquerai une justice impartiale à l’égard de tous. Et si je m’éloigne des prescriptions de Dieu et du Prophète cessez de m’obéir". Puis il se tourna vers les administrateurs civils et militaires et leur dit : "N’opprimez pas votre peuple et ne les provoquez pas sans raison. Soyez juste et bon. La réussite sera votre récompense. Lorsque vous êtes en guerre, ne tuez pas les femmes, les enfants et les vieilles personnes. Épargnez aussi les maisons et les champs. Si vous concluez un traité respectez toutes les clauses de celle-ci. Dans les pays chrétiens vous rencontrerez des religieux qui prieront Dieu dans les églises et les monastères, ne les importunez pas, ne détruisez pas leurs lieux de culte".

Abou Bakr as-Siddîq se voit donc hérité en 632 du titre de calife,et réprime les révoltes de tribus de Hedjaz et Nejd, la première rejetant l'islam et la seconde refusant de payer la zakat. Il rencontre de forte opposition de toute part mais les surmonte, la plus sérieuse opposition venant de Musailma vaincu par Khalid Ibn Al Walid à la bataille de Akraba. Quand à la suite des répressions l'Arabie fut entièrement soumise, il a entraîné ses généraux à la conquête de l'étranger. L'Irak fut pris à la Perse par Khalid Ibn Al Walid en une seule campagne lors de la bataille de Al Qadisiya et une autre expédition victorieuse fut effectuée en Syrie.

Après la victoire difficile sur Musailma, Omar Ibn Al-Khattab, craignant que le Coran et les paroles du prophète   ne soient entièrement oubliées quand la mort aura prise tous ceux qui les avaient entendues, incita Abou Bakr à envisager leur préservation sous forme écrite. Le récit, quand il fut achevé, fut enregistré par Hafsa, fille d'Omar, et une des épouses du prophète. Il fournit la plupart du matériel avec lequel le Coran fut écrit. Quand la version officielle fut terminée, toutes les copies du récit de Hafsa furent détruites afin d'éviter toute dispute et division. Certaines copies avaient échappé à la destruction et furent retrouvées au début du XXIe siècle.

Abou Bakr mourut le 23 août 634 à Médine. Peu avant sa mort, il fit d'Omar son successeur après avoir consulté les compagnons proches et influents. Abou Bakr as-Siddîq est enterré dans le Masjid al-Nabawi, près de la tombe du prophète  et Omar Ibn Al-Khattab.

                                             

                     800px_Masjid_Nabawi__Medina_2C_Saudi_Arabia

                                     

Posté par zasimasa_c à 17:07 - Permalien [#]